27.7.16

Vice Lipsticks d'Urban Decay


Urban Decay est la marque dont je possède le plus de produits... mais essentiellement des fards à paupières. Ma quête de nouveaux rouges à lèvres (vous saurez pourquoi dans une prochaine vidéo... -celle-là-) a coïncidé avec le lancement des Vice Lipsticks, la gamme de rouges qui remplace désormais toutes les autres au sein de la marque et qui compte pas moins de 100 couleurs (80 internationales + 20 différentes selon les pays). Alors j'ai investi.


La gamme contenant 6 finis différents - cream (crème), metallized (métallisé), sheer (translucide), sheer shimmer (translucide avec paillettes), comfort matte (semi-mat) et mega matte (vraiment très très mat) -, j'avais dans l'idée de prendre une teinte par fini, sauf les 2 sheer, parce que je n'ai pas envie de mettre si cher pour ce genre de texture.
Mais comme j'avais essentiellement fait mes repérages sur une vidéo américaine, je me suis retrouvée fort dépourvue quand la réalité du marché fut venue : deux des quatre teintes que je convoitais n'existent pas en France.

J'ai donc d'abord jeté mon dévolu sur le semi-mat Hitch Hike, une belle couleur difficilement descriptible : marron/rouge brique, assez chaud mais aussi légèrement rosé, pas trop clair ni trop foncé, parfait pour ma couleur de peau :




Pour l'accompagner dans le colis, j'ai pris Backdoor, un marron métallisé, blindé de petites nacres dorées (le genre de trucs que je n'aurais jamais pensé porter un jour, en fait) :





Hitch Hike / Backdoor :

Vois comme je suis contente.

En plus de son large choix de couleurs, la gamme Vice a non seulement pour elle la réédition de teintes parfois disparues mais aussi un changement de packaging. Le tube est gunmetal et doré, la forme est subtile et simple, c'est très élégant. Adieu le tube violet des anciennes gammes, qui jurait avec la couleur des rouges et qui me fait encore grimacer quand j'ouvre les pourtant superbes Mrs. Mia Wallace et Bad Blood (tous deux reformulés et dispo dans les Vice, d'ailleurs) :

Mrs. Mia Wallace / Bad Blood (anciennes gammes Revolution)
C'EST LAID.

Le raisin a aussi eu droit à son relooking, il est désormais standard : avec un côté pointu et pas entièrement rond comme sur les précédents. Alors que c'était l'enfer pour tracer un arc de cupidon précis sans pinceau, c'est redevenu simple comme bonjour. Et encore une fois, je trouve les raisins classiques plus élégants. Ça fait "rouge à lèvres" !

Côté pigmentation, rien à redire, c'est parfait. Un peu moins impressionnant que les Audacious de Nars mais on va pas chipoter, un passage suffit pour avoir une couleur opaque. Le semi-mat Hitch Hike se pose comme un charme en plus d'être très confortable au fil de la journée, j'aime beaucoup ce fini qui permet de porter du mat sans assécher du tout !

Pour la tenue, c'est pas mal non plus. Le semi-mat n'est pas du tout sans transfert (on peut pas tout avoir !) mais tient beaucoup plus longtemps qu'un crème classique. Le métallisé n'est pas "glissant" comme on pourrait le penser et tient vraiment bien : après avoir mangé une glace, tout était encore là. Ils s'estompent aussi d'une jolie façon puisque qu'après un repas par exemple, la couleur disparait de façon très uniforme et, par conséquent, discrète. 

Mais voici un autre de leur point fort : ils ne filent pas du tout dans les ridules autour de la bouche, même sans crayon et même avec du baume en-dessous. Excellente surprise, sachant que mes deux autres rouges Urban Decay filaient sans baume, alors que Bad Blood est un mat... (WTF).

Et puis last but not least, le prix a été "égalisé". Alors que les Matte Revolution étaient vendus 20,90€, tous les rouges de la gamme Vice sont au même prix que les textures classiques d'antan, peu importe le fini que vous choisissez : 19€. Ce qui, avec un petit code -25% chez Sephora, revient à 14,25€, soit à peine plus cher qu'un rouge de grande surface. 

Non, vraiment, je ne vois aucun défaut à cette gamme, du moins pour les couleurs que j'ai testées !

Urban Decay, même si elle est en supériorité numérique sur ma coiffeuse, m'avait un peu lassée ces dernières années. Parce que j'ai changé et j'avais l'impression qu'elle, elle ne changeait pas. Packagings toujours kitsch-adolescents à dominante violette, prix des palettes de plus en plus exorbitants... Puis j'ai été agréablement surprise par l'apparence de la gamme UD x Gwen Stefani il y a quelques mois, avant de découvrir avec plaisir ces rouges Vice. En plus d'avoir toujours proposé des produits souvent très qualitatifs, Urban Decay deviendrait-elle une marque un peu plus adulte dans son ciblage ?

   

Aucun commentaire: